PLZ

Le blog de Paulloz, en bordel constant, en travaux perpétuels, corps et âme sous cc by-nc-nd.

D3.js (1), cinéma (3), données personnelles (5), gamedev (4), humeur (6), javascript (1), jeu vidéo (8), post-mortem (3), programmation (2), rapport d'auto-psy (3), réalité augmentée (1), voyage (1)

2018-03 (1), 2018-01 (1), 2017-12 (2), 2017-08 (1), 2017-04 (1), 2017-02 (2), 2017-01 (2), 2016-11 (1), 2016-07 (1), 2016-06 (1), 2016-04 (2), 2016-02 (1), 2016-01 (2), 2015-12 (3), 2015-11 (3), 2015-10 (1), 2015-01 (1), 2013-04 (1)

hello[at]pauljoannon[dot]com
 0x128B663C

Du F# dans Godot Engine

Depuis la sortie de sa version 3, le moteur de jeu Godot permet d’écrire ses scripts en C# grâce à Mono. Aussi cool que ça puisse être, ce que le peuple veut vraiment c’est écrire tout ça en F#. Et bien avec un tout petit peu de bidouille, c’est complètement possible.
Voilà comment je m’y prend.

 Lire la suite

Fin de prod' abrupte pour «Enterre-moi, mon amour»

Un post-mortem un brin égocentré

Enfin, comme on me le faisait remarquer alors que j’écrivais ces premières lignes, un post-mortem n’est-il pas toujours un minimum égocentré ?

Quoi qu’il en soit, fin octobre dernier sortait Enterre-moi, mon amour, le jeu auquel j’ai dédié une grosse partie de cette dernière année. Pour ceux qui seraient passé au travers, Enterre-moi, mon amour est un jeu d’aventure sur smartphone. On y suit le périple vers l’Europe de Nour, une migrante syrienne, à travers sa discussion SMS avec son mari Majd, resté en Syrie.

Je pense qu’il est plus que temps pour moi de réfléchir et écrire un peu sur cette expérience, et plus précisément sur la fin de production qui a malheureusement été un peu abrupte pour moi.

 Lire la suite

Comment j'ai perdu mon week-end,

ou pourquoi les jams et moi on va faire un pause

Bon ok, ce titre est sûrement un peu exagéré, mais il dénote bien mon agacement et mon incompréhension par rapport à tout ça.

Bref, remettons les choses dans leur contexte. Le week-end dernier (du 23 au 25 janvier) se déroulait l’édition 2015 de la Global Game Jam. Maintenant assez habitués au concept de jam, et ayant eu une expérience somme toute assez plaisante avec l’édition 2014, on s’est cette année encore inscrit à l’événement.

Bien sûr, les places pour l’événement à l’ISART étant parties trop vite, on a dû se replier sur un des événements parisiens «secondaires». Malheureusement, on aurait dû y regarder à deux fois avant de faire notre choix.

 Lire la suite