PLZ

Le blog de Paulloz, en travaux perpétuels, corps et âme sous cc by-nc-nd.

D3.js (1), cinéma (3), données personnelles (5), gamedev (1), humeur (6), javascript (1), jeu vidéo (7), post-mortem (2), programmation (1), rapport d'auto-psy (3), réalité augmentée (1), voyage (1)

2017-08 (1), 2017-04 (1), 2017-02 (2), 2017-01 (2), 2016-11 (1), 2016-07 (1), 2016-06 (1), 2016-04 (2), 2016-02 (1), 2016-01 (2), 2015-12 (3), 2015-11 (3), 2015-10 (1), 2015-01 (1), 2013-04 (1)

hello[at]pauljoannon[dot]com
 0x128B663C

Quand deux jeux gratuits te rappellent à ta vie

Comme je l’expliquais il y a déjà quelques temps en introduction d’un magnifique billet, je n’ai en ce moment que très peu d’occasion de jouer à des jeux vidéo.
Pourtant, de temps en temps, par hasard, je me retrouve nez à nez avec un objet vidéoludique qui me laisse songeur.
C’est arrivé deux fois en quelques jours, avec deux jeux très éloignés l’un de l’autre qui pourtant m’ont tous deux touché assez profondément.

Le premier c’est l’entrée de notch pour le Ludum Dare #29 : Drowning in Problems. Le second, qui fait un peu plus parler de lui ces derniers temps, se nomme Emily is Away.

 Lire la suite

Une silhouette approche

Tu es là, allongé, presque en boule, à moitié dans une flaque. Tu as la lumière jaune d’un lampadaire qui t’éclaire plus ou moins. Tu sens le froid humide du bitume contre ta joue. Tu as le ventre et la machoire qui te tiraille, le nez un peu douloureux et un sale goût de sang dans la bouche.

Pourtant au début tu avais réussi à lui foutre proprement une ou deux droites dans la tronche. Alors que tu n’étais déjà pas bien sûr de tenir dans tes pompes, tu avais même esquivé quelques coups. C’était bien présomptueux de penser que tu irais jusqu’au bout comme ça.
Maintenant tu es allongé par terre dans une ruelle. Après t’avoir mis quelques derniers coups de talon dans le ventre, 2015 est partie tranquillement, lentement, sans se retourner.

Tu restes un moment sans bouger, tes yeux grands ouverts fixant le nuage de fumée que chacune de tes respirations crée devant toi.
Au loin une silouhette approche, comme un grand mec en manteau noir. C’est 2016 qui arrive, peut-être pour te reveler et t’essuyer les coins de la bouche. Mais au fond de toi il vient juste pour appuyer un peu plus sur tes ecchymoses et te garder au sol.

 Lire la suite